Titel

Les vitraux

Les vitraux : de retour d’un long voyage

De glasramen in de pandgang

À l’abbaye du Parc , vous pourrez bientôt admirer des vitraux authentiques du XVIIe siècle. Après deux siècles d’errance, les 21 vitraux restaurés retrouveront en 2020 leur emplacement d’origine à l’abbaye.

Le Louvaniste Jan De Caumont  créa au XVIIe siècle 41 vitraux pour l’abbaye du Parc . Chacun de ces vitraux comptait neuf panneaux. Neuf, c’est aussi le nombre d’années que l’artiste travailla à son œuvre, de 1635 à 1644. Les vitraux représentent des scènes de la vie de saint Norbert.

Révolution française

Les séquelles de la Révolution française obligèrent les Norbertins à vendre les précieux vitraux en 1828 au riche industriel bruxellois Dansaert. Au fil des ans, les œuvres furent dispersées aux quatre coins de la planète.

Le début des années septante vit le retour d’une partie des anciens vitraux à Leuven. En 2005, notre collaborateur des archives et amateur de vitraux classiques Leo Janssen se lança à la recherche des pièces manquantes. Grâce à Edgard Goedleven (†), membre du comité de gestion de l’abbaye du Parc, il put entrer en contact avec des propriétaires partout dans le monde, jusqu’aux États-Unis.

Décret sur les pièces maîtresses

Les choses se sont alors accélérées. Dans le cadre du décret sur les pièces maîtresses (Topstukkendecreet), le Gouvernement flamand a acheté huit vitraux à la Yale University Art Gallery en 2013, lesquels sont retournés au bercail en 2016 aux frais de la ville de  Leuven. Deux panneaux ont été installés dans l’hôtel de ville historique à l’occasion d’une exposition très courue.

Le retour de six autres pièces, provenant de la Corcoran Art Gallery  à Washington, a lancé en 2016 une campagne de crowdfunding en vue de la restauration des vitraux et de leur réinstallation à leur emplacement d’origine. À cet effet, les vitraux sont actuellement examinés par une équipe internationale.

Fragments

Tout au long de l’histoire, les vitraux ont été subdivisés en plusieurs panneaux. On essaie actuellement de recomposer les scènes, tout en étudiant les techniques de restauration les plus appropriées.

Si nous savons aujourd’hui où se trouvent certains vitraux manquants, nous n’avons aucune piste quant à d’autres. Mais une chose est sûre : vous pourrez bientôt admirer 21 des 41 vitraux originaux dans le cloître de l’abbaye du Parc. Deux d’entre eux sont déjà accessibles au public à condition de réserver votre visite.