De grenier à blé à lauréat du prix du Patrimoine immobilier

La Norbertuspoort, qui relie l’abbaye aux terres agricoles, est le lauréat de la quatrième édition de l’« Onroerenderfgoedprijs », le prix du Patrimoine immobilier de Flandre. Cette porte, qui fut jadis un grenier à blé, abrite la « Library of Voices » de l’Alamire Foundation. « Nous y étudions et valorisons le patrimoine musical. »

Zicht op de Norbertuspoort

Chaque année, l’Onroerenderfgoedprijs braque ses projecteurs sur des projets de patrimoine immobilier extraordinaires. En 2019, l’accent est placé sur le patrimoine théoriquement inaccessible au public. Parmi les dix-neuf candidats, un jury externe a sélectionné trois lauréats : la Maison des Francs-Bateliers de Gand, Hof Ter Beemt à Zingem et la Norbertuspoort à... l’abbaye du Parc.

Alamire Foundation

Depuis 2018, la Norbertuspoort héberge la célèbre fondation internationale Alamire Foundation. Véritable figure de proue de la recherche consacrée à la musique des Pays-Bas historiques, l’organisation focalise ses projets sur la polyphonie et le répertoire grégorien. « Au moyen de ressources innovantes, nous étudions des manuscrits de musique, des œuvres imprimées séculaires et des fragments musicaux du monde entier. C’est ainsi que nous assemblons toutes les pièces du puzzle. »

"Nous assemblons toutes les pièces du puzzle."
Bart Demuyt
Bart Demuyt in de Library of Voices

Nous donnons la parole à Bart Demuyt, directeur de l’Alamire Foundation et depuis 2016 Senior Innovation Manager of Musical Heritage à la KU Leuven. Il travaille depuis 2011 dans la Mariapoort de l’abbaye, où Alamire a fondé la « Maison de la Polyphonie ». Cette maison fait converger des personnes issues de deux mondes : la recherche et la musique.

Maison ouverte et lieu de rencontre

Depuis peu, il y a aussi la Library of Voices, un lieu de rencontre contemporain où les livres, les sons et les images numériques sont rendus accessibles par des techniques de pointe. Cette librairie a vu le jour dans la Norbertuspoort en 2018. « La restauration, effectuée en collaboration avec les services techniques de la KU Leuven, était un vrai morceau de bravoure. Élévation du niveau des sols, installation d’un système de chauffage, pose de centaines de câbles… sans oublier la réalisation sur mesure des rayons de la bibliothèque, fruit d’un travail minutieux. Cela nous a même valu la visite de l’Ordre des menuisiers ! », sourit Demuyt.

« Dans la Library of Voices, nous étudions et valorisons le patrimoine musical », explique-t-il. « C’est une maison ouverte, accessible aux experts et, parfois, au grand public. Nous voulons les familiariser avec le patrimoine musical des Pays-Bas historiques, en collaboration avec des chercheurs de l’Unité de recherche Musicologie de la KU Leuven et l’ESAT, les ingénieurs de cette même université, qui nous aident à construire le sound lab et le centre de données. »

Une riche collection

Mais qu’abrite donc cette bibliothèque ? « Nous avons une riche collection d’ouvrages de référence sur la polyphonie et la musique grégorienne. Il y a aussi quelques collections privées provenant de donations, comme celle de Dirk Snellings, le directeur artistique mort prématurément de ‘Capilla Flamenca’. Notons encore la présence du ‘Leuvens Chansonnier’, qui nous a été donné en prêt à long terme. Ce petit livre unique, qui date du quinzième siècle, comprend 50 chansons issues de la tradition polyphonique franco-flamande, dont 12 œuvres originales qu’on ne trouvait jusqu’à présent dans aucune autre source », explique Demuyt.

De plus, la collection ne cesse de s’étoffer. « L’hiver dernier, nous avons découvert un antiphonaire intéressant qui, à l’instar du Leuvens Chansonnier, a été acquis par la fondation Roi Baudouin. Il s’agit dans ce cas d’un manuscrit grégorien qui a cela de spécial, que nous pensons qu’il a été fabriqué dans le coin. La musique est entrecoupée de textes de Jérôme de Moravie, un théoricien de la musique du Moyen Âge. Il s’agit là d’une découverte rare, qui est aujourd’hui examinée plus en détail par l’Alamire Foundation », précise Demuyt.

De Library of Voices van de Alamire Foundation

Laboratoire

La Library of Voices est plus qu’une bibliothèque. C’est aussi un sound laboratorium. « Au premier étage, on trouve un laboratoire sonore analytique, équipé de 20 haut-parleurs et d’un écran hi-tech. Ici, nous diffusons des œuvres polyphoniques vocales de façon à ce que chaque chanteur soit audible à un autre endroit de la pièce. Vous pouvez également ‘sélectionner’ des voix et, ainsi, les regrouper. Cette démarche nous permet de dénouer les fils de la musique polyphonique pour mieux la comprendre. »

Alamire possède aussi un laboratoire numérique itinérant (l’Alamire Digital Lab) et un sound lab interactif au deuxième étage de la Norbertuspoort. Ce sound lab compte pas moins de 28 haut-parleurs, 6 microphones et un grand écran. « Nous y projetons des manuscrits qui se trouvent ailleurs, mais qui ont été numérisés grâce à notre Alamire Digital Lab. Nous étudions ces œuvres avec notre ensemble vocal, Park Collegium, qui est en mesure de déchiffrer le langage musical médiéval et de le transposer immédiatement en chant. »

C’est ainsi que l’Alamire Foundation lève le voile sur une musique qui risquait de tomber dans l’oubli. « Et ce n’est pas tout : nous pouvons enregistrer les chants d’un ensemble dans le sound lab et les renvoyer en temps réel dans le laboratoire, en les adaptant bien évidemment à la structure acoustique de l’espace pour lequel les œuvres furent initialement composées. C’est tout à fait unique dans le monde », conclut Demuyt.

La Library of Voices est uniquement accessible sur rendez-vous. Plus d'informations? Surfez sur le site de la Alamire Foundation (en néerlandais ou en anglais).
Vous constatez une erreur ou une imprécision sur notre site ? Faites-le nous savoir.