Titel

Aide à l'Église en Détresse: le premier partenaire

« La clé du bonheur, c'est de cultiver une attitude positive »

Uma en Marina van Kerk In Nood

L'association Aide à l'Église en Détresse est venue s'installer à l'Abbaye du Parc avant même le début de la restauration du site. Cette organisation de bienfaisance catholique aide des croyants aux quatre coins du monde. « Nous essayons de susciter une attitude positive par le dialogue et la rencontre. »

Le siège social d'Aide à l'Église en Détresse est implanté dans la magnifique Wagenhuis qui se trouve dans la Neerhof de l'Abbaye du Parc. Cette organisation de charité est née sur les décombres de la Seconde Guerre mondiale. « Notre fondateur est Werenfried van Straaten, surnommé « Spekpater » (Père au lard). C'était un Norbertin, ce qui explique pourquoi nous sommes venus ici », raconte Uma Wijnants, directrice d'Aide à l'Église en Détresse.

Marina Coomans, son bras droit, ajoute : « Au départ, nous étions installés dans l'abbaye de Tongerlo. Quand nous avons déménagé ici en 2005, l'Abbaye du Parc était délabrée. La cour intérieure était très sombre, le moulin de l'abbaye était sur le point de s'effondrer... Ce qui est aujourd'hui notre hall d'entrée était une galerie ouverte à l'époque. Heureusement, beaucoup de changements se sont opérés depuis lors », dit-elle en riant.

Un caractère religieux

Het Wagenhuis, het hoofdkwartier van Kerk In Nood

« En réalité, nous avons été la première organisation qui s'est implantée ici, à l'exception des pères évidemment », explique Marina. « Je me souviens que le prieur Swarte était très heureux de notre arrivée. Nous avons revalorisé le bâtiment et veillons à la préservation du caractère religieux de l'abbaye. »

Aide à l'Église en Détresse est active dans l'aide au développement pour l'Église catholique. « Nous aidons des croyants dans le monde entier : assistance à des réfugiés ou des pauvres, aide d'urgence après des inondations ou tremblements de terre... Cette aide est coordonnée par des évêques sur place », explique Uma.

L'organisation est financée par des dons privés. « Nous avons quelque 12.000 bienfaiteurs en Belgique. Nous organisons régulièrement une activité à leur attention et leur communiquons toujours comment leur aide financière a été utilisée. Ce bâtiment a d'ailleurs été restauré grâce à l'un de nos bienfaiteurs », poursuit Uma.

Dialogue et rencontre

Uma ontvangt kardinaal Jozef De Kesel

Aide à l'Église en Détresse organise des activités pour un large public. Les journées de rencontre en sont un exemple. « Lors de ces journées, nous essayons de susciter une attitude positive par le dialogue et la rencontre. On ne peut que relativiser quand on voit ce que certaines personnes vivent à l'autre bout du monde. Les Belges sont parfois beaucoup trop stressés, ce qui génère une pensée négative », explique Uma.

Aide à l'Église en Détresse accueille de nombreux séminaristes chaque année. « Nous recevons la visite d'étudiants d'Inde, du Nigéria, du Congo, du Soudan du Sud, des Philippines... On entend toutes les langues ici », dit Marina en riant. « Leuven est une aventure pour eux. L'un d'eux était émerveillé par le distributeur automatique de lait, car c'est une denrée très précieuse dans son pays. Et quand ils entendent le Carillon de la Paix, leur regard vaut de l'or ! »

« Cultiver une attitude positive »

Certains séminaristes sont surpris de la pratique religieuse dans nos régions. « L'église est principalement fréquentée par des personnes âgées et silencieuses, ce qui n'est pas du tout le cas au Nigéria, par exemple. Nos étudiants nigérians chantent et dansent en guise de remerciement pour la nourriture. Une telle attitude n'est pourtant pas évidente, car des atrocités ont été commises dans ce pays sous la tyrannie de Boko Haram. Ces jeunes étudient pour rendre le monde meilleur. Ils deviennent ainsi des missionnaires, en Belgique aussi », poursuit Uma.

De vlag van Kerk In Nood wapper op het Neerhof

Depuis plusieurs années, l'Église catholique traverse des moments difficiles. « L'Église est constituée d'êtres humains, et les êtres humains commettent des erreurs », affirme Uma. « Il y a eu de nombreux scandales mais, au sein d'Aide à l'Église en Détresse, nous sommes convaincus que nous pouvons faire la différence. La clé du bonheur, c'est de cultiver une attitude positive ».

La tranquillité qui règne sur le site de l'abbaye les aide-t-elle ? « Absolument ! Je profite des lieux chaque jour. Et nous ne sommes pas les seuls à apprécier cet endroit : j'ai déjà vu l'un ou l'autre monseigneur faire son jogging autour de l'étang », dit Uma en riant. « On n'y pense pas assez, mais c'est un magnifique lieu de travail. »

L'association Aide à l'Église en Détresse organise souvent des événements sur le site de l'abbaye et dans ses alentours. Vous pouvez consulter le calendrier des prochains événements sur son site.