Titel

Récits sur l’Abbaye du Parc: apiculteur urbain Staf

« Un superbe biotope pour les abeilles »

Stadsimker Staf Kamers in de bijenhal

Staf Kamers installa ses premières ruches près de la grange dîmière de l’abbaye dans les années 80. Il possède aujourd’hui un beau rucher moderne de 15 à 20 ruches. Staf renoue ainsi avec l’une des fonctions primitives de l’abbaye. « L’abbaye du Parc est un superbe biotope pour les abeilles », affirme l’apiculteur urbain.

« Je suis passionné par les abeilles et par leur mode de travail », nous confie d’emblée l’apiculteur Staf (67 ans). « Un jour, j’abordai le sujet avec frère Franciscus. Il me demanda pourquoi je n’élevais que deux colonies d’abeilles. Comme je lui répondis que, vu la taille de notre jardin, je n’avais tout simplement pas la place d’en adopter plus, il me proposa de m’installer avec mes abeilles sur le site de l’abbaye. »

Staf installa ses ruches contre la grange dîmière, sous un petit abri. Ce fut un succès, car l’abbaye du Parc est un merveilleux biotope pour les abeilles. « Au printemps, elles butinent les fleurs des arbres à fruits, avant de passer aux marronniers. Parfois, nos magasins à miel sont pleins dès le mois de mai grâce aux érables, aux prunelliers et aux aubépines. Elles continuent ensuite avec les fleurs sauvages, ainsi que celles du châtaigner et du tilleul. »

Du frère apiculteur à l’apiculteur urbain

Les abeilles apprécient l’abbaye. Cela, les Norbertins le savaient déjà il y a fort longtemps. À l’époque, il y avait même un frère apiculteur, qui possédait un ouvrage de référence sur l’élevage de ces insectes. « Le site abritait jadis un rucher à l’arrière de la maison du proviseur. Les abeilles y produisaient non seulement du miel pour les moines, mais aussi de la cire, dont on fabriquait des bougies », explique Staf.

Depuis 2016, l’abbaye possède un beau rucher moderne, doté de 15 à 20 ruches. En été, l’apiculteur Staf y prend quelque 800 000 abeilles sous son aile. « La ville de Leuven a également planté des arbres spéciaux, qui produisent énormément de nectar et de pollen. Ces arbres offrent la solution parfaite en cas d’épuisement des autres sources de butinage », conclut Staf.

Vous pourrez découvrir les ruches au marché du troc aux plantes (le 8 avril 2018), lors de l’Erfgoeddag (le 22 avril 2018) et lors de la Journée du patrimoine en Flandre (le 9 septembre 2018). Vous pouvez aussi envoyer un courriel à Staf ou l’appeler au numéro +32 486 65 33 68.